CSA du 23 mai 2023

, par  Secrétariat SF , popularité : 40%

Déclaration liminaire CGT-INRAE

Ce CSA se tient alors que le pays est dans une situation de blocage social total suite à l’entêtement du président Macron à imposer aux Français une réforme des retraites inutile et profondément injuste, qui fait porter sur la fraction la plus défavorisée de la population des mesures d’économies justifiées par la seule volonté de faire plaisir aux marchés financiers. Les ministres se déplacent entre des rangées de casseroles et le président doit apporter son groupe électrogène pour être certain d’avoir un microphone qui fonctionne. L’impasse est totale.
Le 8 juin, le vote par l’assemblée nationale d’une loi invalidant le seul report de l’âge légal de deux ans, forcerait le gouvernement à retirer son projet. Pour peser sur ce vote, l’ensemble des organisations syndicales de notre pays appellent à une journée de grève et de manifestations le mardi 6 juin et la CGT-INRAE appelle tous les agents de l’institut à se mobiliser fortement à cette date. Il est maintenant clair que jamais les Français n’accepteront de tourner la page, le retrait est la seule manière de retrouver la paix sociale.
Le Président du Conseil Scientifique de l’INRAE, Philippe Gillet, est censé rendre sous peu les conclusions de la mission que lui a confié la ministre de l’ESR sur « les évolutions de l’écosystème national de la recherche et de l’innovation ». Rien n’a encore filtré de ses conclusions mais la lettre de mission met en avant la « notion d’agences de programmes » pour les EPST, et dans une réponse récente à des députés, Mme la Ministre a parlé d’un « élargissement des missions des EPST ». La CGT-INRAE fait part de son extrême inquiétude quant à une volonté de transformation des organismes de recherche nationaux en agences de programmes, et une accentuation de la politique de site autour des universités. Cela déporterait complètement les EPST, et singulièrement l’INRAE, de leur mission essentielle : faire de la recherche, avec les moyens nécessaires et des personnels titulaires chercheurs comme ITA à plein temps. La CGT-INRAE demande donc au Président de l’INRAE de se prononcer contre cette transformation éventuelle en agence de programmes, et de nous donner toutes les informations en sa possession sur la Mission Gillet.
Est-ce en lien avec ce rapprochement avec l’enseignement supérieur ? Mais à l’ordre du jour de ce CSA figure la présentation du projet d’évolution des outils de gestion des finances et des déplacements de l’Institut avec le passage à des outils partagés avec les universités. Semblent même dans les tuyaux du Ministère des unités mixtes de gestion Université-EPST où les universités piloteraient les ressources des unités de recherche des EPST. La CGT-INRAE ne peut oublier les difficultés qu’ont connues les personnels administratifs lors du déploiement de GEFI. Des unités et des SDAR nous remonte en permanence la lassitude de ces personnels confrontés à un turn-over effréné des effectifs. Inutile de charger encore leur barque : nous demandons donc à la direction générale de l’INRAE de prendre le temps de la concertation avec les agents concernés avant toute évolution des solutions logicielles.

Ordre du jour :

1) Suites des questions traitées et avis donnés lors des précédents Comités ;
2) Avis sur le projet de règlement intérieur du Comité social d’administration (CSA) et de sa formation spécialisée (F3SCT) -Règlement intérieur type des CSA spéciaux de centre et de leur F3SCT d’INRAE ;
3) Avis sur le projet de plan de sobriété énergétique (PSE) d’INRAE ;
4) Avis sur le projet de plan d’actions INRAE relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes ;
5) Avis sur le projet de modification des modalités d’application à INRAE du décret n°2006-781 fixant les conditions et les modalités de règlement des frais occasionnés par les déplacements temporaires des personnels civils de l’Etat ;
6) Questions dont l’examen a été demandé par la moitié au moins des représentants titulaires du personnel (le cas échéant) ;
7) Information sur les modalités de gestion des allocations chômage d’aide au retour à l’emploi (ARE) des agents titulaires à INRAE ;
8) Présentation des modalités de déploiement du projet SIFAC à INRAE (gestion financière et des déplacements) ;
9) Présentation du bilan des commissions d’enquête administrative (CEAI) 2020-2022.

Navigation